L’univers vidéoludique n’a jamais fini de titiller la fan base malgré les restrictions et difficultés que 2020 a suscitées. Une année passée chez soi, propice à la création. Si certaines ont été le fruit de petits génies, d’autres n’auraient jamais dû voir le jour. Voici notre top et flop des événements marquants en matière de gaming en 2020.

1. La Playstation 5 explose la concurrence

Sony et sa PlayStation 5 ont été sollicités grandement en Europe et dans le reste du monde il y a moins d’un mois, plus précisément le jeudi 19 novembre 2020. La console next-gen de neuvième génération a déjà explosé tous les records de vente. Non seulement, par rapport à son prédécesseur, la PlayStation 4, mais aussi ses concurrents de chez Microsoft, les Xbox Séries X et S. Selon le site de VGChartz, la société mère japonaise est parvenue à vendre 1,001,572 consoles PS5 entre le 15 et le 21 novembre 2020 au niveau mondial. En Europe seulement, 723.341 PlayStation 5 ont été écoulées durant cette semaine de lancement de la console. Des chiffres bien plus colossaux que ceux des autres consoles. Malgré la disparité des ventes, les consoles PS5, Xbox Séries X et S connaissent toutes des ruptures de stock actuellement. Ce problème ne va malheureusement probablement pas se résoudre durant les premiers mois de l’année prochaine. Du côté des autres consoles, la Nintendo Switch vient juste derrière la PS5 avec 827.941 ventes. La PS4 s’est, pour le moment, écoulée à 123.614 unités, la Xbox One à 49.361 unités et la Nintendo 3DS à 4.311 unités. Ainsi, la PlayStation 5 détient actuellement le record des ventes de consoles hardware dans le monde entier et a fait de l’année 2020 une époque charnière pour le lancement de la nouvelle génération des consoles.

2. Le ZEvent : succès historique d’un événement engagé instauré par le monde du streaming

Lors de l’édition 2020, et malgré les complications d’organisation liées au COVID, 41 streamers en direct de Twitch ont réussi à récolter plus de 5,7 millions d’euros. Jusqu’au dernier moment, des complications dans l’organisation ont été déclarées, et plusieurs streamers ont exceptionnellement dû réaliser leur marathon de chez eux pour éviter les contacts. L’édition de l’année était au profit de l’association Amnesty International, qui lutte pour la défense des droits de l’Homme à travers le monde entier. La vente de produits dérivés et de masques est un énorme succès puisqu’elle rapporte plus de 2,1 millions d’euros sur les 5,7 millions récoltés. Cette édition se termine sur un nouveau record mondial, et les gamers certifient qu’ils peuvent contribuer encore une fois à des grandes causes que tout le monde supporte. Une preuve de plus que les acteurs du jeu vidéo peuvent faire avancer les choses de par leur engagement.

3. Un nouveau navigateur conçu pour les gamers

Opera GX cela vous dit quelque chose ? Il s’agit d’un navigateur web spécialisé dans l’univers gaming. Il a été développé par Opera Software, une société norvégienne qui propose un navigateur gratuit et différents logiciels internet. Son innovation exclusive permet aux gamers d’optimiser leur expérience. Opera GX est personnalisable, si bien que les joueurs peuvent l’utiliser à leur guise. Les paramètres permettent de limiter la quantité de RAM, de CPU et de bande passante pour offrir une partie optimale. L’invention propose de vérifier quels onglets utilisent trop de RAM et ralentissent votre ordinateur. Vous pouvez aussi définir la quantité de bande passante de votre réseau que le navigateur s’attribue, ce qui permet une meilleure qualité de jeu ou de stream. Le navigateur inclut la plateforme Twitch et Discord pour encore plus de maximisation. Opera GX permet aux gamers de performer sur un ordinateur au top de leurs capacités. Êtes-vous prêts à jouer sans limite de temps et avec une excellente connexion ?

4. Le cloud-gaming Stadia : l’histoire d’un échec cuisant pour Google

Google a relevé un défi de taille en novembre 2019 : déclarer le lancement de sa propre plate-forme de jeu vidéo, basée sur le Cloud Gaming :  Google Stadia. Il faut dire qu’avec le déploiement de la 5G, le dématérialisé, n’ont jamais été aussi présents dans nos vies ; c’est une occasion rêvée pour Google d’encore instaurer son empreinte numérique dans le milieu vidéoludique. En dépit de ses efforts, le lancement de la plate-forme fut parsemé d’embûches. Livraisons retardées, prix prohibitifs,  catalogues de jeux trop à la traîne  sur les propositions de d’autres plateformes comme Steam ou Epic Games Launcher. Stadia connaît des difficultés de lancement, notamment face à l’offre physique de Microsoft, Nintendo et Sony, qui dominent largement le marché, et comptent bien s’installer grâce à l’arrivée des consoles next-gen. Google fait payer au prix fort ses jeux et demande sur sa plateforme, et demande en supplément un abonnement pour profiter de sessions de meilleure qualité. Certains développeurs craignent donc que Google tire un trait sur Stadia. La firme américaine a déjà essayé de se lancer sur certains secteurs mais qui ont pour aboutissement des échecs, comme Google+ par exemple. C’est peut être un pas en arrière de la part d’une des plus grandes entreprises numériques.

5. Des consoles inaccessibles en Tunisie

Une crise gaming sévit en Afrique du Nord. D’ailleurs, la pandémie a aggravé la situation. Inflation des prix, ralentissement de la mondialisation et rareté des consoles next-generation accable la République tunisienne. On vous parlait plus haut des fameuses consoles qui viennent de sortir et qui annoncent un tournant dans l’histoire du gaming. Sachez que cette vague vidéoludique revêt différentes formes. Xbox et Playstation n’empruntent pas le même chemin en Tunisie que dans les autres pays du Maghreb. Les consoles ne passent pas par des représentants agréés mais par des intermédiaires dubaïotes ce qui fait flamber les prix des machines. Une inflation qui a fait voler le coût des consoles nouvelle génération à plus de trois mois de salaire d’un cadre moyen tunisien.

Le cadeau des 25 ans de Sony coûte excessivement cher vous ne trouvez pas ?

6. La violence verbale dans l’univers gaming

C’est connu : les jeux vidéo réunissent majoritairement des hommes à la peau blanche. Rare sont les femmes qui tentent d’entrer dans cet univers sans être harcelées ou sexualisées. La situation est malheureusement pire pour les femmes de couleur. Commentaires sexistes, racistes voire même haineux, les femmes noires doivent supporter beaucoup de choses. La gameuse Jennifer Lufau, connue sous les pseudo Jane Bond ou encore Invincible Jane, s’est exprimée à ce sujet. D’origine bénino-togolaise elle a témoigné du racisme qu’elle subit en tant que joueuse de couleur pour Les Echos : “La misogynoir, le sexisme et le racisme sont récurrents lorsqu’on est une joueuse noire. Quand on streame sur des plateformes comme Twitch et Youtube Gaming, on subit constamment des commentaires déplacés, voire haineux sur notre apparence, nos cheveux, notre couleur de peau. Un jour, quelqu’un a lancé dans mon chat : à mort les Noirs !Dans un élan de solidarité, la jeune femme a décidé de créer la page Instagram Afrogameuse. Un lieu de partage et de soutien entre femmes d’une même communauté. Son initiative s’est vite faite connaître ce qui a poussé Jennifer Lufau à créer une association éponyme.