Cosplay : pratique consistant à se déguiser et à adopter le comportement d’un personnage fictif. Décryptage d’une tendance qui prend de plus en plus de place dans le monde du gaming.

Les individus associent instinctivement le cosplay au pays du soleil levant. Même si la pratique prend une énorme place au Japon, elle n’est pas née là-bas. Elle a vu le jour dans les années 60 de l’autre côté du globe, aux États-Unis. Le pionnier du cosplay est d’ailleurs Forrest J Ackerman aussi appelé Mr Science-fiction. Un natif de Los Angeles. En 1939 il s’est rendu au WorldCon, qui est une convention américaine sur la science-fiction, déguisé en homme du futur. Il est communément admis que cet homme a lancé la mode du cosplay.

Dès lors, les participants aux conventions se sont mis à se déguiser comme leur personnage favori. Le mouvement atteint son paroxysme dans les années 70 et 80 avec les premiers Star Wars et Star Trek. Ainsi, une multitude de Princesse Leia, Spock ou encore Dark Vador déambulait entre les stands des festivals. Nobuyuki Takahashi, un journaliste japonais, a alors inventé le mot “cosplay” pour caractériser cette nouvelle mode qui n’avait pas encore de nom. Il n’est pas allé chercher bien loin pour créer ce néologisme : il a simplement mixé les mots “costume” et “playing”. 

Peut-être que le Japon s’attribue la naissance du cosplay car le terme a été inventé par un enfant du pays ? Quoi qu’il en soit, la tendance s’exporte outre-pacifique pour atterrir là-bas. C’est à partir de ce moment que la popularité du cosplay s’intensifie. Les japonais vont lui donner une dimension tout à fait nouvelle. Pour qu’un cosplayeur soit reconnu comme tel, il doit avoir réalisé son costume et ses armes (s’il y en a) entièrement à la main. Le déguisement mais aussi la gestuelle doivent être fidèles à l’original. Le but est de pouvoir reconnaître le héros incarné du premier coup d’œil. La pratique prend tellement de l’ampleur qu’il est difficile d’organiser une convention sans un concours cosplay. Il en existe un dont le rayonnement est international. Il s’agit du World Cosplay Summit. La France y participe depuis 2003 c’est-à-dire depuis le début.

Le cosplay, un art révélateur de jeunes talents

La fièvre cosplay s’est propagée en Europe dans les années 90. Un concours a d’ailleurs été créé : il s’agit de l’European Cosplay Gathering (ECG). Il est organisé à l’occasion de la Japan Expo de Paris, un événement annuel qui se déroule sur trois jours et qui rassemble les fans de cosplay et de jeux vidéo.

La tendance est récente donc. Mais cela n’empêche pas la montée de cosplayeurs tout aussi talentueux les uns que les autres. La première est Sosenka, une russe qui s’est spécialisée dans le maquillage sfx. Un grimage professionnel plus vrai que nature puisque la technique est utilisée dans le monde cinématographique. Sa page Instagram est le reflet de sa dextérité sans limite. On peut la croiser dans la peau d’Yzma, la grande méchante du dessin animé Kuzco. Mais aussi en Loba, la voleuse d’élite tout droit sortie du jeu vidéo Apex Legends.

Facebook | @sosenka

Dans le même style, on peut s’orienter vers Kiera Please. Cette jeune chanteuse noire de 22 ans casse les codes du cosplay. Elle challenge les idées reçues sur cet univers en se mettant dans la peau de personnages blancs. (Et oui, le racisme est omniprésent). Ainsi elle s’est cosplayée en Kidagakash “Kida” Nedakh, personnage principal du dessin animé Atlantide, l’empire perdu ou encore en Kamé Sennin de Dragon Ball.

Facebook | @KieraPlease.

Une dernière femme qui mérite de figurer au palmarès des plus adroites cosplayeuses : Snitchery. L’américaine incarne une vaste panoplie de personnages qui viennent pour la plupart de l’univers manga. En outre, elle s’est glissée dans les vêtements de Jessie, une des protagonistes de la Team Rocket de l’animé Pokémon. Elle a également enfilé le costume d’un des membres de l’équipage du vaisseau spatial du nouveau jeu multijoueurs en ligne, Among Us.

Instagram | @snitchery

De quoi redonner l’envie, aux plus grands, de se déguiser. Et vous ? Serez-vous assez habiles de vos mains pour vous lancer dans l’aventure cosplay ?