Un employé de Micromania se discute sur l’avenir du jeu-vidéo physique. 

 

Les consoles next-génération débarquent bientôt dans nos salons ! L’arrivée de nouveaux jeux physiques se fait languir pour plusieurs passionnés depuis les annonces des éditeurs phares comme Sony ou Microsoft. Malgré cela, les ventes de jeux dématérialisés ne cessent de croître. Les éditeurs de jeux vidéo se prêtent au jeu en proposant des éditions digitales de leurs prochaines consoles comme la PS5 Digital Edition ou la Xbox Séries S. Nous avons interrogé Lucas, un vendeur de Micromania, société spécialisée dans la vente de jeux vidéo. Lucas est de Marseille et travaille dans une des boutiques Micromania située dans votre ville depuis maintenant 2018.

Quel est l’état du jeu physique en boutique aujourd’hui pour vous ?

Lucas : A l’heure actuelle, ça va être plus du conseil. On va avoir beaucoup de clients.  Ca va être une stratégie d’écrémage contrairement à d’autres boutiques. C’est plus ancré sur l’actualité qu’un simple jeu passé en caisse.

N’avez-vous pas à craindre que le dématérialisé se démocratise sur tous les supports ?

Lucas : Pour le moment, cela ne s’est pas encore démocratisé pour toutes les personnes. En particulier pour certaines maisons qui n’ont pas de 5G ou encore de Wifi, c’est compliqué à prendre en main. Ils vont préférer le support disque. Après il y en a qui vont préférer les consoles digitales tout simplement grâce au prix, et à la simplicité que ça va être. Certains joueurs préféreront Microsoft pour les Game Pass. Via le streaming aussi, certaines personnes pourraient même y jouer à partir du PC et du téléphone.

Cela  semble bien être l’avenir, vu le nombre de gamers qui passe par cette alternative et qui les réclame souvent. À l’instar des magasins de disques ou de DVD, ceux de jeux vidéo sont-ils condamnés à disparaître ?

Lucas : Concernant Micromania, nous avons plus de 400 boutiques en France et dont la plupart qui vont être équipés de “Zing”. Cela permet d’être approvisionné sur des produits dérivés en lien avec la pop culture en général. On va vendre beaucoup de disques mais la stratégie de Micromania ne sera pas basée sur ça. On va alors parler de magasins “hybrides”, se concentrant sur les produits de la pop-culture.

Et le marché de la vente des produits occasion ? Est-il important pour une boutique comme la vôtre ?

Lucas : C’est quelque chose qui fait beaucoup tourner la boutique. Cela permettra de booster nos ventes ainsi que nos clients à revenir. Je dirai que c’est cela l’avantage de Micromania. Concernant les disques neufs, la marge sera amoindrie surtout ses derniers temps. La plupart des gens ramènent leurs jeux physiques pour l’échanger : c’est la tendance actuelle.

Malgré le risque pour les entreprises de faire faillite ou de subir un potentiel reconfinement, le marché du jeu vidéo physique tiendra il le coup pour l’avenir ?

Lucas : Malheureusement je ne pense pas. On a eu de la chance avec nos clients les plus fidèles pendant le confinement pour faire des livraisons. En ces temps compliqués et de tension, les sorties de nouvelles consoles mais surtout l’industrie entière de jeu vidéo sera impactée. Du coup les conséquences seront pareilles pour nos boutiques. On ne sait pas si on se réveillera plus forts, mais on garde la tête haute pour le futur ainsi que l’avenir du jeu physique.